Mon bureau nomade (5/7) : le carnet de notes connecté

La petite histoire

L’effet Wow ! Il y avait bien longtemps que je ne l’avais pas ressenti comme cela. Plus besoin de cahier ou de feuilles volantes. J’ai complètement craqué pour le Rocketbook. Il n’est pas cher et a plus d’un tour dans son sac. Laissez-moi vous le présenter et vous permettre de le tester.

Les liens sont affiliés mais je n’ai pas de partenariat avec la marque. Je suis juste un utilisateur absolument ravi de ces produits et qui souhaite faire connaître cette innovation pratique.

Un soir, ma femme rentre d’une conférence et me raconte qu’une intervenante s’est retrouvée coincée par l’une de ses questions.

« Pendant qu’un autre intervenant enrichissait la discussion, je l’ai vue noter des trucs sur son cahier et prendre en photo ses notes avec son smartphone. Elle a par la suite visiblement reçu un mail qu’elle a lu avant de reprendre la parole. Elle a alors apporté une réponse argumentée à la question restée en suspens. A la fin de la conférence je suis allé la voir pour en savoir plus ce qu’il venait de se passer. Elle m’a présenté son carnet connecté et m’a expliqué qu’elle avait envoyé ses notes par mail à ses collaborateurs. Ceux-ci lui ont renvoyé les réponses après avoir effectué les recherches nécessaires. Le tout s’est déroulé en quelques minutes. »

Nous nous sommes alors intéressés à ce produit et nous l'avons très vite adopté.
Nous en sommes ravis.

Rocketbook, le principe

Imaginez-vous en réunion ou en cours. Vous prenez vos notes sur le rocketbook. La séance terminée, une fois à votre bureau, vous scannez vos notes avec votre smartphone. A peine le scan terminé, l’image part directement dans votre boite mail ou dans un emplacement de votre choix sur Google drive, Onedrive, Evernote, Onenote, Dropbox, Trello,… Pour que votre carnet soit à nouveau vierge et prêt à l’emploi, rien de plus simple : vous vous emparez alors d’un chiffon humide et effacez vos notes. Gain de temps garanti. Pour faire court, il ne me quitte plus.

La couverture, assez solide, est en plastique semi-rigide.

Il est composé de 32 pages en polymère synthétique. La matière ressemble à du papier légèrement plastifié. La sensation procurée par l’écriture est un peu étrange durant les premières minutes mais l’on s’habitue très vite.

Attention : Il est impératif d’utiliser des stylos Pilot Frixion, vous savez ces stylos dont l’encre gel s’efface sous l’effet de la chaleur produite par le frottement de sa gomme en caoutchouc. On en trouve partout en grande surface. Et bien sur ces pages synthétiques, il ne faut pas gommer, il faut humidifier et essuyer, cela suffit. La marque fourni le carnet avec une petite serviette en microfibre qui fait parfaitement l’affaire.

L’intelligence du Rocketbook c’est que chaque bas de page dispose de 7 petits symboles discrets en lien avec l’application gratuite à télécharger. Chaque symbole correspond à une destination numérique que vous pouvez paramétrer à votre guise. A la fin de votre prise de notes il vous suffit de cocher le symbole choisi. L’application dédiée vous permet de scanner la page reconnait le symbole coché et envoie un pdf à la destination paramétrée.

Il est même possible de paramétrer la création automatique du nom du document.

Il suffit d'encadrer le titre en haut de page avec deux dièses :

## Titre du document ##      = Titre du document.pdf

Ce produit est proposé en plusieurs modèles de plusieurs couleurs (noir, rouge, turquoise et bleu):

  • Le format A4, pour une utilisation classique
  • Le format A5, idéal pour le sac à main
  • Le format A6, qui trouve facilement sa place dans la poche intérieure d’un manteau

Les autres produits de la gamme


Si vous avez tendance à écrire beaucoup et à remplir les pages assez vite, effacer chaque page avec un chiffon humide peut être contraignant.

Rassurez-vous, il y a une solution pour vous car la marque a tout d’abord proposé un carnet effaçable en le passant au four micro-onde.

Le principe est d’utiliser la chaleur du four pour effacer l’encre gel plutôt que de « gommer » les pages. Ce produit est toujours disponible ici.

Idéal pour un étudiant qui va noircir son carnet durant les cours, puis les numériser le soir avant de tout effacer en quelques secondes avec le four micro-ondes.

Mais attention ! Le nombre de passage au micro-onde est limité.

Ce produit à donc une durée de vie plus courte.

Ce n’est pas tout ! La marque propose également un cahier de dessins. Parfait pour que les bambins  laissent libre cours à leurs talents artistiques sans pour autant encombrer maison de leurs d’œuvres d’art. Lorsque le coloriage est terminé, vous le scannez, vous le stockez numériquement. Vous serez toujours à temps de les ressortir le jour de ses 18 ans sans déballer moult cartons pour les retrouver (mes enfants adorent).

Du coté professionnel, il existe également un autre produit de la gamme : un rouleau adhésif qui, une fois positionné, devient un tableau blanc. Il existe en deux tailles : 27,9 x 20,3 cm et 91,4 x 61 cm.

La marque ne s’est pas arrêtée là. Elle a développé un encore nouveau produit sur le même principe. Cette fois il s’agit simplement de 4 balises triangulaires munies de micro-ventouses afin qu’elles puissent adhérer à n’importe quelle surface. Vous travaillez sur un tableau blanc, sur du papier kraft, sur un paperbord ou directement sur le mur avec des post-it… Positionnez les balises aux 4 coins de votre visuel. Ouvrez l’application, scannez et hop ! Le fruit de votre production est enregistré et classé. Insérez l’image dans le compte rendu ou le rapport. Le tour est joué ! j’ai pu les acquérir très tôt, en un mot,  c’est magique.

Testez le Rocketbook


Vous n’êtes pas encore convaincu ? Quoi de mieux qu’un essai pour être fixé.

Je suis moi-même passé par là pour m’assurer que la promesse était bien tenue.

Ça tombe bien, la marque propose une page test gratuite. Pour l’avoir essayée avant d’acheter le cahier, je souhaitais vous informer de quelques différences entre les deux.

La page test a une finition bien moins aboutie que celles du carnet. Il s’agit d’une page qui permet d’expérimenter l’application et le transfert de scan plus que le confort d’écriture.

Dans le carnet, la matrice des pointillés est bien plus discrète et n’apparait pas au scan. Ce qui a l’avantage de constituer un repère d’écriture ou de croquis invisible par la suite.

Ce n’est pas le cas dans la page test.

De la même façon, les symboles en bas de page prennent moins de place et sont bien moins visibles.

Enfin le format de la page test n’est pas tout à fait le même que celui du carnet.

Téléchargez une page gratuite, imprimez-là.

Téléchargez sur votre smartphone l’application gratuite "rocketbook".

Gribouillez votre page et faites l’expérience.

Je vous laisse libre tester et de juger par vous-même.

Vos retours d’expérience sont les bienvenus, n’hésitez pas à m’en faire part dans vos commentaires.

Ce que m'a apporté le Rocketbook


Au-delà d’un carnet de notes, ce produit est un véritable outil. Il m’a aidé à améliorer ma gestion du temps. En effet, afin d’en tirer le meilleur parti, j’ai organisé dans mes répertoires numériques la réception, la ventilation et le stockage de mes prises de notes.

J’ai également tiré des avantages en termes de gain de place et de poids. Il pèse 237 gr alors que les cahiers que j'utilisais auparavant ont un poids allant de 300 à 600  gr.

Aujourd’hui, lorsque je vais dans une réunion de suivi de projet par exemple, je n’emporte plus avec moi de dossiers papiers. Je prends uniquement mon carnet et un stylo pour noter les nouveaux éléments ainsi qu'un ordiateur ou mon smartphone pour consulter mes notes et les documents des précédentes réunions. Mon bureau n’est plus envahi de papiers à classer ou de vieux carnets.

Pour gagner encore en autonomie, j’ai complété ma panoplie avec de petits vaporisateurs de parfum. Petits et discrets, une fois remplis d’eau, ils me permettent de nettoyer mon carnet à n’importe quel moment de la journée. Je vaporise la page, j’essuie avec mon chiffon et je peux passer à autre chose.

Pour ce qui est du rangement, je roule le chiffon en microfibres autour du vaporisateur et utilise un goulot de Quézac comme pour le tapis de souris.

Où en est-on pour ce qui est du poids ?


Dans les articles précédents (1, 2, 3 et 4), nous étions arrivé à 3585 gr.

A ce poids, il faut ajouter les 237 gr du carnet, les 47 gr du chiffon, du vaporisateur et du goulot. Soit 284 gr.

Le total est de 3869 gr

L'article suivant porte sur les sauvegardes informatiques.

En attendant n'hesitez pas à tester le rocketbook et à poser des questions si vous avez besoin de précision.

2 réponses pour “Mon bureau nomade (5/7) : le carnet de notes connecté”

  1. JDBZM13 mai 2020 à 01:25Répondre

    Parfait pour archiver des notes !

    Mais comment retraiter ces notes, un export vers un ocr ou dans mon cas vers une appli qui ferait des plans de mes dessins, ou qui intégrerait des données dans un tableur serait l’aboutissement pour moi !

    Pour mon activité, 10 pages seraient largement suffisantes, il y a bien la version A5, mais pour des métrés j’aime avoir un peu d’espace sinon c’est vite illisible.
    Peut être que les spirales peuvent s’ouvrir afin de détacher certaines pages qu’on pourrait replacer si l’on en abime certaines ?

    Tel quel, il est aussi lourd que mon bloc Rhodia A4, 10 fois plus cher, mais le rocketbook archive.

    Ça mérite de s’y intéresser.

    1. Frédéric BREMBILLA13 mai 2020 à 15:46Répondre

      Bonjour, beaucoup de questionnements dans ce commentaire.
      L’appli rocketbook est dotée d’un OCR dont elle se sert pour nommer les docs qui dont le titre est « hashtagé », par contre pour le contenu de la page, l’ocr utilisé fonctionne pour le moment qu’avec l’anglais. La marque développe petit à petit en d’autres langues. Pour le français ce n’est pas encore le cas.
      Tu peux utiliser un A5 pour la prise de note et utiliser la feuille quadrillée que je vais t’envoyer par mail pour les métrés (il faudra l’imprimer). Cela peut être un bon compromis…
      Les feuilles du rocketbook ne sont pas prévues pour être remplacées. Maintenant si tu n’en a besoin que de 10, si tu en abîme quelques-unes il te reste une bonne marge.
      En tout cas merci pour le partage de tes réflexions

Laisser un commentaire